dimanche 30 septembre 2018

Tony Andréani, Le « modèle chinois » et nous.


Note de lecture : Tony Andréani, Le « modèle chinois » et nous. Éditions l’Harmattan, 2018, 21,50€. 219 pages. ISBN : 978-2-341-15600-2

Bien qu’il se défende d’être un spécialiste de la Chine, Tony Andréani la connaît pour y avoir voyagé, fait des conférences, noué de nombreux contacts dans les milieux universitaires et consacré un certain nombre d’articles et de conférences (comme celle qu’il a donnée à l’université populaire d’Évreux). Son dernier ouvrage, Le « modèle chinois » et nous est une synthèse précieuse de l’état des réflexions de l’auteur qui a longtemps travaillé sur les modèles de socialisme et a consigné le résultat de ses recherches dans plusieurs livres dont l’ouvrage en deux volumes, Le socialisme est (à)venir. Pourtant il ne s’agit pas de faire de la Chine le modèle du socialisme (un modèle à suivre donc) mais de comprendre comment fonctionne le système socio-économique de la Chine, au-delà de l’abondance des données empiriques et des préjugés – fort nombreux en ce qui concerne l’Empire du milieu.
La modélisation permet à Tony Andréani de modéliser le fonctionnement des rapports sociaux et économiques en Chine et de les définir comme ceux d’une économie mixte que l’auteur rapproche de la NEP impulsée par Lénine dans les premières années de la révolution, quand il a fallu en rabattre des prétentions à passer directement au communisme. La politique  économique chinoise peut également être caractérisée comme un keynésianisme conséquent.  Ce système mixte est conçu comme allant dans le sens du socialisme. Tony Andréani commence par montrer les succès impressionnants du « modèle chinois » : croissance forte et soutenue qui a permis une très importante augmentation du niveau de vie de la population, élévation considérable du niveau d’instruction,  développement technologique qui, sur certains segments, a non seulement permis à la Chine de rattraper les pays capitalistes avancés mais parfois même de les dépasser – par exemple dans le domaine de l’informatique, des TGV ou de la production d’énergies renouvelables.
Ensuite, l’auteur montre le caractère « socialiste » des principes sur la base desquels fonctionne la Chine. C’est dit-il, « l’ébauche d’un socialisme de (avec) marché ». Pourquoi « socialisme » ? Non pas en en raison des rapports de propriété mais à partir d’une série de critères : prédominance des choix collectifs, existence d’une planification (très différente de la planification soviétique d’antan), existence de services publics, diversification des formes de propriété en adéquation avec le développement des forces productives, financement des entreprises par un système perfectionné de crédit et non par le marché des actions, distribution resserrée des revenus du travail et du capital, législation du travail encadrant fortement la concurrence. On peut contester la manière dont la Chine satisfait ou non à ces critères, mais on admettra qu’ils sont une bonne définition de ce qui pourrait caractériser une transition vers le socialisme (sauf à rêver d’un grand soir qui fait table rase du passé et bouleverse d’un coup toute la condition humaine).
Le livre de Tony Andréani n’est pas une apologie de la Chine. Il ne cache pas les faiblesses du régime, à la fois avec le développement incontrôlé des inégalités et les menaces qui pèsent sur la proprétié publique, car les composantes de ce « mixte » ne font pas toujours bon ménage. Laissé à sa propre dynamique, le marché tend à subvertir les décisions collectives et la planification. Plus fondamentalement, c’est l’objectif de la croissance illimitée qui est problématique, tout simplement compte-tenu de ce que la planète peut fournir. Pour amener la Chine au niveau des États-Unis, il faudrait en gros cinq planètes et la Chine en consomme actuellement 2,1…
Sur la ligne dont Tony Andréani fixe le point de départ  au Plenum du Comité central de la fin 2013 (« vers une nouvelle normalité), la Chine pourrait se transformer en une société de type singapourien. Les campagnes de moralisation de la population ne peuvent évidemment contrebalancer le triomphe des pratiques marchandes et du règne de l’argent.
Le dernier chapitre aborde le « et nous » du titre. En quoi le « modèle chinois » pourrait-il nous inspirer ? Tony Andréani commence par montrer que nous devrions nous inspirer des Chinois par un retour au keynésianisme, lequel est impossible dans le cadre actuel de l’UE. Il faudrait donc « reprendre nos billes », et notamment notre monnaie, notre banque centrale et l’autonomie budgétaire. Il discute la possibilité d’une monnaie commune parallèle à la monnaie nationale et qui pourrait sauver ce qui mérite de l’être de la construction européenne. Il s’agit de déterminer quelles formes de protectionnisme sont efficaces mais aussi de relever la compétitivité du travail par la recherche scientifique et technique. Les nationalisations seraient également un instrument d’action dont l’État souverain devrait se ressaisir.
En annexe, Tony Andréani publie quelques articles et études publiés dans différentes revues. Il affirme en introduction qu’on peut en omettre la lecture, mais il me semble que ce serait une erreur (sauf pour ceux qui les avaient déjà lus !).
On peut penser que Tony Andréani fait une confiance assez exagérée dans la volonté du Parti Communiste chinois de construire à terme une société véritablement communiste. Il imagine ce qu’il dirait aux dirigeants chinois pour corriger les faiblesses et les erreurs du cours pris la direction du Parti et de l’État. Mais je crois que, même en tant qu’expérience de pensée, cette tentative échoue. La direction prise par Xi Jinping tourne assez radicalement le dos à une évolution vers un système socialiste.  Xi Jinping veut se donner du temps en prolongeant indéfiniment son mandat pour assurer que personne ne viendra remettre en cause la marche de la Chine vers une nouvelle forme de capitalisme d’État et son plan de contrôle social total n’est pas un malheureux à-côté mais l’essence même de ce qui est en cause. Les campagnes anti-corruption ont comme objectif réel non pas d’éradiquer la corruption mais d’éliminer les ennemis et de protéger la corruption des amis. Je sais que Tony Andréani ne partage pas mes vues qu’il juge trop pessimistes. Selon lui, notamment dans la jeunesse, il existe une agitation et une effervescence intellectuelle qui interdisent l’évolution de la Chine vers un modèle nord-coréen. Si la grande presse est étroitement contrôlée par le pouvoir, il y a, dit encore Tony Andréani, une grande liberté d’expression au niveau local et sur les réseaux sociaux. Puisse-t-il avoir raison et moi tort ! Il reste que c’est la lutte entre les deux tendances fondamentales qui déterminera l’avenir de la Chine.
Mes réserves n’ôtent rien à l’intérêt du livre de Tony Andréani, précisément parce que, en dépit de nos divergences d’appréciation quant à l’évolution actuelle du régime, il met très honnêtement le doigt sur les contradictions fondamentales du régime et nous aident à mieux comprendre ce pays si important pour l’avenir du monde.
Le 24/9/2018 – Denis Collin

vendredi 28 septembre 2018

Demain est déjà là


Sous le règne du capital, l’humanité est confrontée à une crise dont on peut discerner quatre dimensions : crise de l’accumulation du capital, crise écologique, crise démographique, crise culturelle qui touche la civilisation humaine en tant que telle. Le « progressisme » à l’ancienne n’est plus de mise ; une transformation historique est en cours et nos façons de vivre et de penser le monde doivent subir une mutation radicale, faute de quoi avant la fin du siècle l’humanité sera dans une crise si profonde que nul n’en peut prévoir les issues.
Face à la crise écologique, il est bien tard pour inverser le cours de choses et nous ne pouvons peut-être que limiter les dégâts et nous préparer à nous adapter aux nouvelles conditions de notre écoumène, de la manière la plus économique et la plus conforme à ce qu’exige la dignité humaine. On ne pourra guère éviter une réduction drastique du « train de vie » global de l’humanité. Mais cela n’est possible et ne sera accepté que si les plus riches montrent l’exemple, ou si on les y contraint !
Réduire le train de vie de l’humanité exige aussi de réapprendre à trouver son plaisir ailleurs que dans la consommation de choses coûteuses. La convivialité est heureuse et ne coûte pas un euro. En toutes choses, il faut retrouver le sens de la mesure, le « rien de trop » grec.  Non pas l’austérité, mais le plaisir modéré, adapté à notre condition. Il n’est pas besoin d’être ivre pour goûter un bon vin ni se de rendre malade pour apprécier un bon plat. Il en va de même pour tous les plaisirs que la vie peut nous procurer.
Si on ne court plus après la consommation, on peut sans mal supprimer les secteurs parasitaires comme la publicité. Si la course à l’accumulation des profits n’est plus le moteur de la vie sociale, une part considérable des emplois à la fois qualifiés et inutiles, voire nuisibles pourra disparaître sans dommage. Ces heures de travail libérées pourraient être employées à des activités plus utiles. Au total, on aurait une décroissance en valeur (selon les règles du monde de la marchandise) mais une croissance des biens réels et utiles pour les citoyens. Sans compter que l’on dégagerait aussi beaucoup de temps pour les loisirs, manuels ou intellectuels, le jardinage aussi bien que la lecture ou la pratique d’activités artistiques.
Notre société est organisée de telle sorte que l’on ne puisse plus se déplacer autrement qu’avec des moyens de transports mécanisés, et du coup on crée des salles spéciales où les humains réduits à l’impotence dans la vie ordinaire vont courir sur des tapis roulants motorisés ! Quelle absurdité ! Nous devrions en fait réfléchir à une société relocalisée, « démondialisée ». On peut voyager, mais on n’est pas obligé de faire voyager toutes les marchandises que l’on consomme.   
Il faut définir le cadre de l’action et des réformes de structures qui ne proposent pas une utopie mais des actions possibles à court et à moyen terme en partant des germes déjà existant. On peut se dire, avec un peu de fanfaronnade, « citoyen du monde », le cadre de vie et d’action qui demeure accessible au citoyen est l’État-nation et pour l’heure on n’en connaît pas d’autre.  C’est si vrai que les peuples privés d’État-nation ou mécontents de celui qui leur était imposé n’ont eu de cesse de construire leur propre État-nation. La nation moderne, fondée sur le droit, est à juste de distance de l’universalisme abstrait de ceux qui réclament une gouvernance mondiale et de l’enfermement communautariste des tribus, des ethnies et de toutes les formes d’organisation close fondée sur des présumés liens du sang. Reconquérir la nation, c’est reconquérir le droit de décider, d’être maître chez soi, c’est-à-dire d’être libre. Le consentement des peuples à la destruction des formes sociales et politiques solidaires qui s’étaient imposées au cours du siècle dernier a été rendu possible précisément parce que les classes dominantes ont cherché à éviscérer l’État-nation de son contenu proprement politique.
La souveraineté des nations n’exclut pas la coopération entre nations libres. Des traités de paix sont des traités de bon voisinage qui peuvent aller aussi loin que les partenaires le souhaitent. La métaphore des relations de bon voisinage permettrait de définir assez clairement ce que pourrait une Union des Nations libres, qui pourrait se faire au niveau d’un ensemble de pays proches géographiquement ou culturellement et qui pourrait aussi s’intégrer dans une « Société des Nations » selon le modèle de Kant dans son projet de traité de paix perpétuelle.
Dans cette place privilégiée de la nation entrent toutes sortes de raisons différentes. La nation comme communauté politique suppose que les citoyens sont liés entre eux par les liens de « l’amitié civique » ou encore de la fraternité. Or celle-ci suppose que l’on partage un certain nombre de valeurs concernant le bien et le juste. Par exemple, les citoyens français sont généralement censés partager les idées de liberté, égalité, fraternité, laïcité de l’État, etc. Évidemment les interprétations de ces idées un peu générales sont souvent très différentes d’un individu et il se trouve une petite minorité prêtre à rejeter entièrement la devise de la république. Mais cela n’empêche pas qu’en moyenne nous, citoyens français, nous partageons ces références communes.
L’appartenance à une nation n’est pas, la plupart du temps, le résultat d’un calcul prudentiel. On est né là (c’est l’origine du mot nation) et on a un rapport particulier avec les paysages, le ciel et l’air de sa « petite patrie » et par extension à la grande patrie. Ceux qui viennent s’installent et font leur la nation d’adoption. Ils s’assimilent. L’enracinement dans la nation a une dimension affective qu’il serait stupide de négliger. La belle chanson de Jean Ferrat, « Ma France » maintient l’idée révolutionnaire de la nation.
On a trop confondu mondialisme, cosmopolitisme et internationalisme. Erreur funeste ! L’internationalisme reconnaît les nations : la première Association Internationale des Travailleurs s’est constituée lors d’un meeting en défense des droits nationaux des Irlandais et des Polonais. L’amour de la patrie est l’amour de ses concitoyens et il nécessite une forme de proximité, une capacité de partage physique, comme dans les grands embrasements populaires.
Il y a du même coup une histoire commune qui se construit et un récit commun. Le récit n’est pas forcément historiquement vrai : nos ancêtres ne s’appelaient pas Gaulois et ils ne sont que partiellement nos ancêtres, encore que l’homogénéité génétique des nations soit finalement beaucoup plus forte que ce que l’on avait cru un moment, ce qui est simplement l’indice de la stabilité de la population et du caractère endogamique des mariages à l’intérieur d’une même nation. Mais au-delà du récit national il reste une histoire commune. En bref, alors que les utopies mondialistes déchirent les nations et loin de favoriser la paix universelle ressuscitent les empires, l’orientation qui tourne le  dos à la dynamique du capital est une orientation de défense des nations. Face aux ravages de la mondialisation, un peu partout on voit des poussées de fièvres nationalistes, mais le nationalisme n’est pas le produit de la défense de la nation, il est le symptôme de la maladie de la nation. Faute de l’avoir compris, à moins qu’il ne s’agisse d’un calcul pervers, les partis « de gauche » ont abandonné la légitime défense de la nation aux partis xénophobes qui ont pris ou sont en train de prendre le pouvoir dans plusieurs pays d’Europe et font de la lutte contre les étrangers une diversion bien utile aux classes dominantes.
L’urgence d’agir ne doit ni conduire à un activisme stérile ni faire oublier que la perspective de transformation sociale qu’il s’agit de promouvoir est déjà là en germe, dans la société actuelle et donc il n’est pas nécessaire de réinventer la roue. Une part importante des réformes structurelles nécessaires est déjà expérimentée depuis longtemps. En premier lieu, la protection sociale (assurance maladie, protection contre le chômage et retraite), fondée sur la solidarité collective et non sur le principe assuranciel permet de garantir à tous des perspectives de vie décentes. Elle est indissociable de la conception républicaniste qui définit la liberté républicaine comme protection contre la domination. Sur un point la protection sociale reprend le principe communiste tel que Marx le définit ; chacun cotise selon ses moyens et chacun reçoit selon ses besoins. Ce n’est nullement un hasard si les classes dominantes concentrent les feux contre cette protection sociale collective. Elle est à défendre, à restaurer et à développer.
En deuxième lieu, le système des services publics garantit à tous un accès égalitaire aux biens sociaux primaires, l’éducation, la culture, la sécurité, la protection contre les dommages environnementaux, les possibilités ouvertes à chacun de conduire sa vie comme il l’entend. Les services publics doivent être des services étatiques, quel que soit le niveau auquel ils sont gérés. Les délégations de service public à des entreprises et les partenariats public-privé sont des moyens de détruire les services publics en les privatisant.
En troisième lieu, il existe des formes d’organisation non capitalistes de la production et des services. Les coopératives et les mutuelles sont des organisations sans capital, dont l’action par conséquent peut n’être pas guidée par la recherche du profit maximal. Ce sont des organisations de salariés (coopératives ouvrières de production) que des organisations de producteurs indépendants (comme les coopératives agricoles) et elles constituent une alternative valable à condition que l’État s’attache à les préserver et développe un environnement favorable.
En quatrième lieu, si la planification de l’économie à la mode soviétique est à rejeter, en revanche l’État doit donner des orientations à long terme. Ainsi, il ne peut y avoir de « transition écologique » sans des investissements, des réglementations, des taxations et des primes qui permettent que se mette en place un nouveau mode de production orienté sur la valeur d’usage et l’économie des ressources naturelles. Il faut une forte intervention de l’État dans l’économie. Il est aussi nécessaire que, conformément à la constitution toutes les industries qui ont un caractère de monopole de fait ou qui présentent un intérêt stratégique soient transférées au domaine public. L’État doit aussi disposer d’instruments d’action bancaire et la nationalisation des banques telle qu’elle avait été entreprise à la Libération et poursuivie en 1981 allait dans la bonne direction et il n’y a qu’à reprendre la tâche.
Bref, l’État social modèle 1945 n’est pas une vieillerie mais le programme pour demain. La seule condition est celle du contrôle démocratique. Comment éviter que la puissance de l’État ne devienne celle d’une caste bureaucratique ? Nous disposons de principes utiles en appliquant la formule républicaniste de la liberté comme non domination.

Marx sans le marxisme